Catégories Services aux entreprises

Infolabo pour les producteurs et laiteries


Laboratoire Infolabo

En France, la filière laitière fait l’objet de règlementations plus ou moins strictes, afin d’assurer la qualité des produits issus des éleveurs et des laiteries. Le lait provenant des fermes est systématiquement analysé par des laboratoires interprofessionnels reconnus par le Ministère de l’Agriculture. Les résultats des analyses sont accessibles en ligne et peuvent être envoyés gratuitement aux producteurs de lait et aux laiteries, grâce au logiciel Infolabo.

Infolabo : c’est quoi ?

Infolabo est un logiciel accessible essentiellement en ligne sur www.infolabo.com. Il a été conçu par le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (CNIEL) et est destiné aussi bien aux producteurs de lait qu’aux laiteries et aux laboratoires.

Le projet de conception du logiciel Infolabo a débuté en 2004 et il a fallu environ trois ans pour qu’il soit opérationnel. Le lancement du système d’échange de données financé par le CNIEL a été réalisé en 2007 et, actuellement, il est utilisé par plus des 2/3 des producteurs de lait et des laiteries.

Infolabo est un logiciel permettant aux producteurs et aux laiteries de recevoir en temps réel, les résultats des analyses des échantillons de lait effectuées par les laboratoires interprofessionnels. En accédant à ce portail, vous pouvez consulter des résultats journaliers ou mensuels et demander leur envoi par SMS, email ou fax.

Pour information, Infolabo peut également vous fournir des données sur l’analyse d’une seule tournée ou d’une seule citerne.

Les principaux avantages offerts par Infolabo

La facilité d’accès aux résultats des analyses d’échantillons de lait reste, sans aucun doute, le principal avantage offert par le système informatique Infolabo aux éleveurs ainsi qu’aux laiteries.

Avant la mise en ligne de ce logiciel par le CNIEL, les laboratoires interprofessionnels envoyaient les données concernant les analyses aux producteurs et aux transformateurs à partir d’un document papier appelé ticket blanc. Grâce au portail du Centre national interprofessionnel de l’économie laitière, vous pouvez désormais vous passer des tickets blancs, dans la mesure où celui-ci vous permet de consulter l’ensemble des informations concernant vos échantillons de lait en temps réel.

Outre la facilité d’accès aux données des analyses des laboratoires interprofessionnels, la gratuité compte parmi les grands avantages offerts par Infolabo aux producteurs et aux transformateurs. L’inscription au service du CNIEL est gratuite, tout comme la consultation et l’envoi des résultats par email.

Dans le cas où vous souhaitez obtenir les informations sur une production, une tournée ou une citerne par SMS ou par fax, sachez toutefois que vous devez payer entre 21,60 € et 30 € par an.

Il est important de noter que la distribution des tickets blancs contenant les résultats des analyses d’échantillons de lait a été stoppée depuis le 1er novembre 2019. Pour obtenir rapidement et efficacement les données concernant vos produits ou ceux provenant des éleveurs, vous devez donc faire appel au système informatique du CNIEL.

Infolabo pour un meilleur suivi de la qualité du lait

En France, le paiement du lait s’effectue en fonction de critères de qualité définis par la loi Godefroy de 1969. Si vous êtes producteur, il est donc indispensable de réaliser un suivi minutieux de la composition de vos produits pour pouvoir prendre les mesures nécessaires en cas de baisse de qualité, répondre efficacement aux exigences des différents acteurs intervenant dans la transformation du lait et, par la même occasion, assurer le bon développement de votre activité.

Bien plus pratique que les tickets blancs, Infolabo vous permet d’accéder gratuitement à des données complètes concernant le lait issu de votre ferme et de procéder entre autres à des comparaisons des livraisons, pour déceler d’éventuels écarts au niveau de la qualité.

Il faut savoir qu’un lait sain doit être apte à subir toutes les transformations et répondre aux normes d’hygiène européennes. Pour garantir la qualité des produits provenant des éleveurs, la satisfaction des consommateurs et conserver la notoriété de la France dans la filière laitière, des prélèvements et des analyses sont systématiquement effectués à chaque collecte.

Pour qu’un lait soit considéré comme sain et de qualité, sa teneur en matière grasse doit être égale à 38 g/L et celle en matière protéique, de 32 g/L.

Concernant les germes et les cellules, elles doivent respectivement être inférieures à 100 000 UFC/mL et 400 000/mL.

Mis à part les matières grasses, les matières protéiques, les germes et les cellules, un lait de qualité doit être exempt de résidus d’antibiotiques et d’eau ajoutée.

Pour les produits bénéficiant de la certification AOP (Appellation d’origine protégée), d’autres critères peuvent être pris en compte par les laboratoires interprofessionnels laitiers.

À titre d’information, les méthodes d’analyses adoptées par les laboratoires respectent les normes européennes et internationales. Grâce aux avancées scientifiques et à la volonté des professionnels de la filière laitière d’améliorer leur efficacité, ces méthodes devraient évoluer dans un avenir proche et de nouveaux critères liés à la présence d’éléments tels que les acides gras (oméga 3, oméga 6, etc.) ou les protéines (alpha et beta) pourraient être pris en considération dans le paiement.

Le trajet d’un échantillon de lait

Dans l’optique de garantir la qualité du lait proposé sur le marché français, de nombreux contrôles sont effectués depuis les tanks des producteurs jusqu’aux laiteries.

Les échantillons de lait sont prélevés au niveau des citernes et une fois acheminés vers les laiteries, ils font l’objet d’un premier contrôle de qualité, avant d’être stockés en chambre froide. Les laboratoires interprofessionnels laitiers procèdent ensuite à leur collecte et maintiennent leur température entre 0 et 4°C en chambre réfrigérée.

Après les analyses, les laboratoires interprofessionnels laitiers effectuent des traitements informatiques des résultats et les mettent à la disposition des éleveurs et des laiteries sur le site du CNIEL, à savoir Infolabo.

Il faut noter que le lait peut également faire l’objet de prélèvements et d’analyses inopinées dans les tanks des producteurs.

Les missions des laboratoires interprofessionnels laitiers

Les laboratoires interprofessionnels laitiers ont été créés après la mise en vigueur de la loi Godefroy de 1969. Ils sont cogérés par les représentants des industries privées laitières, des coopératives ainsi que par les représentants des éleveurs.

Contrairement aux idées reçues, les laboratoires ne sont pas uniquement chargés de déterminer la composition du lait en effectuant des analyses d’échantillons. Ils effectuent également d’autres contrôles ayant pour objectif d’évaluer entre autres la qualité des conditions d’élevage des vaches laitières et celle de leur alimentation (qualité de l’eau, etc.).

En France, les laboratoires interprofessionnels laitiers réalisent plus de 120 millions d’analyses et collectent environ 24 milliards de litres de lait par an. Parmi la quinzaine de laboratoires habilités par le Ministère de l’Agriculture pour les analyses de paiement du lait, on peut citer ANALIS, LILANO, CIAL SO, LABILAIT et GALILAIT.

Infolabo : les fonctionnalités

Infolabo a été conçu pour fournir l’ensemble des données pouvant être utiles au bon développement des activités des producteurs et des laiteries, mais aussi à l’optimisation de la qualité du lait proposé sur le marché français.

Le système d’échanges de données d’analyses du CNIEL offre aux éleveurs la possibilité de consulter leurs derniers résultats et d’accéder à un historique des 13 derniers mois.

Pour les transformateurs, l’outil peut fournir des résultats par producteur, par tournée et des résultats-citernes.

Si vous êtes transformateur et que vous souhaitez accéder aux résultats des analyses des échantillons de lait d’un producteur, il vous suffit de vous rendre dans la rubrique « Résultats > Par Producteur ». Cette dernière vous délivre des informations détaillées sur les résultats mensuels et journaliers d’un éleveur, sur les cinq dernières années.

Dans le cas où vous désirez consulter les données concernant les analyses par citerne ou par tournée, rendez vous à la rubrique « Résultats > Par tournée ». Dans cette section d’Infolabo, vous pouvez effectuer des recherches en appliquant divers filtres : centre de collecte, type de lait, période, numéro de tournée, etc.

Par ailleurs, si vous êtes un éleveur et que vous souhaitez consulter les résultats des analyses de votre lait, vous devez vous rendre dans la section « Résultats > Derniers résultats ». Cette rubrique vous fournit les données des analyses des trois derniers mois, ainsi que votre dernier résultat mensuel.

Pour obtenir davantage d’informations sur votre production, nous vous conseillons d’accéder à la rubrique « Résultats > Historique ». Cette section vous propose l’ensemble des données relatives aux analyses de votre lait pendant les 13 derniers mois.

Hormis les informations sur la composition du lait par producteur, par tournée, par citerne, les derniers résultats et l’historique des analyses, le site Infolabo vous permet d’accéder à l’ensemble de vos données personnelles et celles de votre exploitation : email, adresse, SIRET, etc.

Pour vous connecter à la plateforme du CNIEL, vous devez renseigner votre identifiant et votre mot de passe dans les cases prévues à cet effet. Dans le cas où vous avez oublié vos informations de connexion, vous pouvez les recevoir par email en cliquant sur le lien « Vous avez oublié votre identifiant » ou sur « Vous avez oublié votre mot de passe ».

Pour de plus amples renseignements sur les fonctionnalités et les données pouvant être fournies par Infolabo, consultez le kit pédagogique proposé par le CNIEL.

Le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière : les missions

Le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière est un organisme géré par un Conseil d’administration et une Assemblée générale composée du collège des producteurs (Fédération nationale des producteurs laitiers, Confédération paysanne, Coordination rurale), du collège des coopératives laitières (Fédération nationale des coopératives laitières) et du collège des industries laitières (Coop de France métiers du lait).

Le CNIEL est chargé d’améliorer la connaissance du lait et d’optimiser la sécurité des produits laitiers en coordonnant des programmes de recherche collective. Il a également pour mission de promouvoir les produits laitiers, en mettant en valeur leurs qualités nutritionnelles à travers des campagnes de communication, et de gérer les relations entre les producteurs et les transformateurs.

À noter que la loi du 12 juillet 1974 concernant l’organisation interprofessionnelle laitière définit les règles et les prérogatives du CNIEL. Ce texte offre aux trois organisations composant l’organisme la possibilité d’établir des règles, qui peuvent être homologuées par décision interministérielle.

Le financement du Centre national interprofessionnel de l’économie laitière provient d’une cotisation sur le lait collecté. Un arrêté mis en place par le Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et par le Ministère de l’Agriculture rend le paiement de cette cotisation obligatoire.

La loi Godefroy de 1969

La loi n° 69-10 du 3 janvier 1969 (loi Godefroy) stipule que le paiement du lait aux producteurs est essentiellement effectué en fonction de sa composition, ainsi que de sa qualité hygiénique et sanitaire. Ce texte précise également que des critères relatifs aux propriétés du lait qui va être transformé et aux spécificités des produits pouvant être réalisés à partir de ce lait peuvent être pris en compte, s’ils permettent de déterminer la qualité de celui-ci.

Hormis les critères, la loi Godefroy permet la mise en place de grilles de classement de lait, grâce à des accords interprofessionnels. Les grilles doivent être conçues en fonction des critères de qualité et dans le respect des règles de la politique agricole commune. Elles doivent aussi respecter les règles du décret définissant la nature et les modalités de mise en œuvre des critères de qualité.