Lexique Business et Marketing

Prévisionnel financier

Par Philippe , le 8 juillet 2021 , mis à jour le 30 juin 2021 — 7 minutes de lecture
Etude du prévisionnel financier

La création d’une entreprise, ou la reprise d’un établissement nécessite des analyses et des études préalables afin d’estimer à travers des chiffres et des diagrammes la viabilité du futur projet. Parmi ces outils d’analyse, nous retrouvons le prévisionnel financier, ou tout simplement appelé le prévisionnel. Ce dernier sert notamment à estimer la rentabilité de l’entreprise.

Nous essayerons, de manière simple, de vous apporter plus de précision et d’éclaircissement quant à ce sujet, en répondant aux questions : quoi ? Pourquoi ? Et comment ?

  1. C’est quoi le prévisionnel financier ?
  2. Pourquoi dresser le prévisionnel financier ?
  3. Comment élaborer un prévisionnel financier ?

C’est quoi le prévisionnel financier ?

Commençons par l’essentiel : la définition du prévisionnel financier.

En termes simples, le prévisionnel fait partie des documents financiers du business plan d’une entreprise en vue de sa création ou d’un développement de ses activités, ou lors d’une reprise. Il comprend notamment des tableaux financiers retraçant les futurs flux monétaires et financiers de l’entreprise, c’est-à-dire ses ressources et ses dépenses prévisionnelles.

Ces tableaux financiers sont au nombre de quatre, qui sont :

  • Le compte de résultat prévisionnel : pour estimer à l’avance le résultat net de l’activité pour une année d’exercice ;
  • Le bilan prévisionnel : pour vérifier l’équilibre financier du projet ;
  • Le plan de trésorerie : également pour valider l’équilibre financier de l’entreprise, en faisant sortir le solde de trésorerie ;
  • Le plan de financement : pour lister les besoins et les ressources financières liés au projet.

De manière générale, le prévisionnel financier est établi sur une période de trois ans d’exercice.

Pourquoi dresser le prévisionnel financier ?

L’établissement du prévisionnel financier est une étape primordiale dans la planification d’un projet. De manière générale, il aide l’entrepreneur à :

  • Identifier ses besoins dès même la phase de conception de son projet,
  • Dégager son équilibre financier,
  • Mesurer sa rentabilité, c’est-à-dire sa capacité à générer des bénéfices.

C’est donc un document de prise de décision, déjà pour le porteur de projet : savoir si le projet est faisable sur le long terme et est rentable. À travers le document, il peut analyser les différents risques liés au projet, lui permettant ainsi de revoir certains points et d’apporter les axes d’améliorations nécessaires.

En termes opérationnels, le prévisionnel sert également à attirer et à convaincre les futurs partenaires à collaborer dans la mise en place du projet, notamment les investisseurs. À cet effet, il permet :

  • L’octroi d’un financement sous forme d’emprunt auprès de la banque, en lui prouvant la rentabilité des futures activités ;
  • D’attirer des investisseurs en gagnant leur confiance ;
  • Le pilotage du projet dans son montage et dans sa phase de mise en œuvre, c’est-à-dire durant ses premières années ;
  • De faire preuve de la solvabilité du projet.

En ces sens, le prévisionnel financier n’est pas uniquement élaboré pour l’usage du porteur de projet, mais aussi pour ses potentiels associés, les banquiers, les investisseurs et ses éventuels clients et fournisseurs.

Comment élaborer un prévisionnel financier ?

Comme il a été noté plus haut, le prévisionnel comprend un certain nombre de tableaux financiers. Ces derniers composeront le business plan, et permettent d’avoir une appréciation globale du projet. L’élaboration du prévisionnel se fait donc en deux étapes :

La collecte de données chiffrées

Elle consiste en premier lieu à identifier et à recenser les différents flux ; c’est-à-dire les entrées et les sorties nécessaires ; que ce soit sur le plan économique, fiscal, ou financier. Pour les ressources, il est question de déterminer le chiffre d’affaires prévisionnel de l’activité en se basant sur le résultat de l’étude de marché mené préalablement. Il est également courant de l’estimer par rapport à la concurrence sur le marché.

Quant aux dépenses, il est question de définir toutes les charges à supporter au titre de l’activité : quel est le montant nécessaire pour l’investissement de démarrage ? Combien de personnel faut-il employer si besoin, et à quelle rémunération ? Location d’un local, etc.

La transcription des données dans les tableaux financiers

Cette première étape faite, l’entrepreneur peut désormais s’attaquer à l’agencement des différents tableaux financiers. Cependant, la retranscription doit se faire de manière organisée en respectant une certaine logique par rapport à l’ordre de remplissage des tableaux :

  • Le compte de résultat prévisionnel ou CR : il doit être élaboré en premier lieu, car de là sera calculé le résultat net comptable du projet. Ce dernier est obtenu en faisant la soustraction entre les produits et les charges de l’entreprise.
  • Les soldes intermédiaires de gestion ou SIG : ces indicateurs sont très importants durant la phase de conception du projet. Il contient cependant les mêmes informations clés que le compte de résultat. Les deux tableaux peuvent donc être remplis en même temps. À ce niveau, l’entrepreneur peut analyser la capacité du projet à s’autofinancer.
  • Le plan de financement prévisionnel ou tableau emploi-ressource : il est lié aux soldes de trésorerie dégagées à la fin de chaque année d’activité, en plus des dettes financières les plus importantes. Il permet ainsi d’avoir un aperçu sur l’équilibre financier de l’entreprise.
  • Le budget de trésorerie : il peut être fait simultanément avec le plan de financement prévisionnel. Il permet notamment de gérer la trésorerie de l’entreprise de manière optimale, en anticipant les encaissements et les décaissements sur un mois.
  • Le bilan prévisionnel : nous pouvons le considérer comme étant la représentation exacte de la situation financière de l’entreprise. Il se subdivise en deux parties : d’un côté nous avons les actifs de l’entreprise ; c’est-à-dire ses différentes ressources, et d’un autre, les passifs ; ou l’emploi de ses dites ressources.

Une fois ces tableaux remplis, il reste tout de même nécessaire à l’entrepreneur de chercher un avis extérieur, mais surtout un avis d’expert. Cela s’explique par le fait de quelques points ; telles que la comptabilité, la fiscalité, ou encore l’intégration des cotisations sociales ; requièrent un certain niveau de connaissance pour pouvoir élaborer un budget de prévision correcte et de qualité.

Il peut de ce fait faire appel à un expert-comptable ou se faire assister et encadrer par un conseiller en création ou reprise d’entreprise.

Ceci fait, il ne reste plus à l’entrepreneur qu’à faire l’analyse financière de son projet, et à le soumettre aux différentes parties prenantes pour les convaincre de l’opportunité exceptionnelle que présente votre projet.

Notes à retenir :

Pour pouvoir réussir un prévisionnel financier, il est nécessaire de toujours garder en tête ces quelques points :

  • Avoir déjà un projet solide, et avoir une liste exhaustive des ressources et des charges ;
  • Avoir le plus possible des prévisions en adéquation avec la réalité, pour ne pas fausser l’analyse ;
  • Être le plus objectif possible lors de l’élaboration des tableaux financiers ;
  • Estimer de manière exacte les besoins en fonds de roulement, pour assurer une pérennisation des activités.

Philippe

Entrepreneur dans l'âme, Philippe accompagne depuis 20 ans les entreprises dans leur développement.