Entrepreneuriat

Bien commencer en tant que chauffeur VTC

Par Philippe , le 27 janvier 2021 , mis à jour le 8 mars 2021 — 8 minutes de lecture
chauffeur vtc

Vous aimez conduire, recherchez de l’autonomie et un métier de contact humain ? Le métier de chauffeur VTC (Uber) est fait pour vous ! Si vous hésitez encore sur le choix de la plateforme et de votre statut juridique, c’est normal. Suivez le guide : on vous dit tout sur les différentes possibilités qui s’offrent à vous et les étapes à suivre pour bien démarrer votre activité.

Comment choisir mon statut juridique ?

Le choix de votre statut juridique est la première étape de votre nouvelle aventure. Il existe quatre types d’entreprises compatibles avec l’activité de chauffeur VTC : auto-entreprise, EIRL, EURL et SASU. Il est important d’en connaître les avantages et les inconvénients pour choisir l’option qui convient le mieux à vos besoins et vos projets, voire votre business plan si vous en avez un.

L’auto-entreprise

Simple et rapide à créer, l’auto-entreprise vous permet une gestion simplifiée de votre activité de chauffeur VTC.

Avantages
• Cotisations sociales fixes (22 % de votre chiffre d’affaires) pour l’auto-entrepreneur et système d’imposition basé sur votre revenu.
• Vous êtes dispensé du paiement de la TVA si votre chiffre d’affaires annuel n’excède pas 34 400 €.
• Vous êtes affilié au régime général de la sécurité sociale. Vous cotisez pour votre retraite et êtes couverts en cas de maladie.

Inconvénients
• Les patrimoines professionnel et personnel de l’auto-entrepreneur sont confondus, vous êtes donc responsable de vos pertes éventuelles.
• Limite de chiffre d’affaires annuel : 72 600 €. Au-delà, vous devrez changer de statut.
• C’est la seule forme d’entreprise qui ne vous permet pas de déduire vos frais de fonctionnement (véhicule, assurances, essence, parking). Vous payez des cotisations sur vos frais, ce qui impacte votre rentabilité.

L’EIRL – Entreprise individuelle à responsabilité limitée

Très proche de l’auto-entreprise, l’EIRL s’en différencie principalement par un patrimoine personnel différent de celui de votre entreprise. Vous êtes donc personnellement à l’abri en cas de coup dur pour votre activité de chauffeur VTC.

Avantages
• Pas de plafond de chiffre d’affaires à respecter.
• Possibilité d’opter pour le régime simplifié de l’auto-entreprise, dispense de TVA et plafonds compris (en réalité l’EIRL et la micro-entreprise relèvent toutes les deux du statut juridique de l’Entrepreneur Individuel, d’où cette possibilité).
• Vous dépendez du régime social des Travailleurs Non-Salariés (TNS), et êtes rattaché au régime général, tout comme les auto-entrepreneurs.

Inconvénients
• Formalités d’inscription plus longues
• Tenue de comptes rigoureux et dépôt de ceux-ci auprès de votre greffe référent chaque année.
• Compte bancaire dédié à votre activité obligatoire.

La SASU – Société par actions simplifiée unipersonnelle

Le SASU est une SAS avec un associé unique : vous. Elle nécessite un apport en capital (qui peut être de 1 euro) et la nomination d’un président. Là aussi, c’est souvent vous. La SASU vous permet de développer votre activité, par exemple en créant une flotte de véhicules et en embauchant des salariés. Vous pouvez également vous associer avec d’autres personnes et devenez alors une SAS.
La SASU est la forme de société la plus plébiscitée par les chauffeurs VTC.

Avantages
• Vous pouvez définir vous-même les règles de fonctionnement de votre société, ce qui vous permet de cumuler plusieurs activités au sein de la même structure.
• Votre responsabilité financière porte uniquement sur le capital investi, et votre société est une personne morale à part entière (là où en EIRL, les deux sont confondus).
• Les bénéfices de la SASU sont imposés à l’Impôt sur les Sociétés, mais vos gains personnels sont imposés sur le revenu.
• En dessous d’un certain chiffre d’affaires, vous pouvez être exempté du paiement de la TVA.
• Le président de SASU rémunéré en salaire bénéficie d’une couverture sociale qui inclut les accidents du travail et maladies professionnelles (il est dit « assimilé salarié »)

Inconvénients
• Démarches de création plus longues : capital social, rédaction de statuts et publication d’une annonce légale.
• Comptabilité rigoureuse à tenir
• Si le président de SASU n’est pas rémunéré en salaire (donc uniquement en dividendes), il n’a pas de couverture sociale, bien qu’il reste assimilé salarié.

L’EURL – Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée

L’EURL est en réalité une SARL avec un associé unique. Comme pour la SASU, vous devrez réaliser un apport au capital d’au moins 1 € et votre responsabilité est limitée à vos apports. Le président est ici un gérant. Les formalités et les coûts de création d’une EURL sont eux aussi similaires à ceux de la SASU.

Différences avec la SASU
• Le gérant, s’il est l’associé unique, est rattaché au régime général de la sécurité sociale et est donc couvert mais ne bénéficie pas de protection pour les accidents du travail et maladies professionnelles.
• Il n’est pas possible de rémunérer le gérant sous forme de salaire, mais le gérant d’EURL paie moins de cotisations sociales que le président de SASU rémunéré.
• Le gérant qui est associé unique de l’EURL peut bénéficier du régime de la micro-entreprise.

Vous n’êtes pas encore sûr de votre choix ? N’hésitez pas à contacter Simplitoo. Leurs experts formalistes vous accompagnent de A à Z dans le choix et la création de la meilleure structure juridique pour devenir chauffeur VTC !

Les différentes étapes pour débuter

L’examen VTC / taxi

L’examen VTC / taxi est obligatoire depuis 2017 sauf si vous justifiez d’une expérience d’au moins 1 an dans le secteur du transport de personnes. Dans ce cas, vous ferez simplement une demande gratuite d’équivalence en préfecture.
Pour passer l’examen VTC / taxi, vous devez vous inscrire auprès de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) de votre région.
L’examen se déroule en 2 phases : une partie théorique et une partie pratique. Quand vous réussissez l’examen théorique, vous avez 1 an pour passer l’examen pratique.

Obtenir ma carte professionnelle sécurisée VTC

Vous ne pouvez pas exercer votre activité sans carte professionnelle sécurisée.
La demande se fait auprès de la préfecture de votre département de résidence.
Pour obtenir la carte, il faut :
• Avoir votre permis B depuis plus de 3 ans (2 ans si conduite accompagnée)
• Avoir suivi la formation Prévention et secours civiques de niveau 1
• Avoir validé l’examen VTC / taxi
• Garantir votre aptitude physique avec une attestation délivrée par le préfet, après visite médicale auprès d’un médecin agréé
Bon à savoir : Avec une carte professionnelle non valide vous risquez 1 500 € d’amende.

L’inscription au registre des VTC

Obligatoire, l’inscription se fait au moment de votre déclaration d’activité, après avoir enregistré votre entreprise, passé l’examen VTC / taxi et obtenu votre carte professionnelle. Il vous suffit de remplir un formulaire sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire. Il vous en coûtera 170 €, et elle est valable 5 ans.

Qu’est-ce que la formation continue obligatoire ?

Tous les 5 ans, les chauffeurs VTC doivent suivre un stage de formation continue. Il porte, entre autres, sur la sécurité routière, la réglementation générale du droit des transports, les nouvelles pratiques professionnelles, la gestion de la relation client.
En fin de stage, vous recevez une attestation datée et signée, valable 5 ans jusqu’au prochain stage.

L’assurance professionnelle

Il est primordial que vous possédiez une assurance civile professionnelle pour votre activité.

Le contrôle technique

Comme tout citoyen, le chauffeur VTC doit effectuer un contrôle technique annuel de son véhicule. Vous ne recevrez pas de convocation, c’est à vous d’y penser et de veiller à son suivi.

Quelles caractéristiques pour mon véhicule VTC ?

Pas de chauffeur VTC sans bonne voiture ! Pour être admise auprès des plateformes, votre voiture doit :
• avoir moins de 6 ans (sauf si véhicule de collection)
• une puissance moteur supérieure ou égale à 84 kW
• proposer entre 4 et 9 places (vous compris)
• compter 4 portes minimum
• avoir des dimensions minimales de 4,50 m x 1,70 m
Bon à savoir : Ces conditions ne s’appliquent pas aux voitures électriques ou hybrides.

La vignette

Vous devez obligatoirement afficher la vignette Voiture de transport avec chauffeur (VTC). Elle se demande en ligne sur le site du Ministère de la Transition écologique et solidaire.

Quelle plateforme choisir ?

Même si Uber est la plus connue des plateformes, il existe de nombreuses alternatives comme Bolt, Marcel, Free Now (ex-Kapten), Wheely, MySam…
Vous pouvez cumuler plusieurs applications, en fonction de votre rythme, vos ambitions et votre région.
Certaines proposent des partenariats variés mais aussi des aides à l’achat ou la location d’un véhicule. D’autres ont des offres Grand Luxe ou Écologie.
Pour en savoir plus, vous pouvez consulter ce comparatif des différentes plateformes pour chauffeur VTC.

Le monde des véhicules de tourisme avec chauffeur n’a maintenant plus de secret pour vous ! Pensez donc à bien anticiper pour vous lancer dans les meilleures conditions possibles.

Philippe

Entrepreneur dans l'âme, Philippe accompagne depuis 20 ans les entreprises dans leur développement.