Entrepreneuriat

Excédent brut d’exploitation : le calcul de l’EBE

Par Philippe , le 26 juillet 2021 — 6 minutes de lecture
calcul de l'excèdent brut d'exploitation

Les principaux comptes utilisés pour la détermination de l’EBE – excédent brut d’exploitation – sont les comptes de produits 70 à 74 et les comptes de charges 60 à 64. L’EBE constitue un indicateur financier fiable portant sur la capacité d’une entreprise à produire des ressources financières.

Un excédent brut d’exploitation négatif indique une activité non rentable pour une entreprise.

Excédent brut d’exploitation : qu’est-ce c’est ?

Une partie intégrante des éléments constitutifs des SIG (soldes intermédiaires de gestion), l’EBE ou excédent brut d’exploitation est relatif aux ressources d’exploitation créées par une entreprise au cours d’une année d’exercice donnée. Un ratio financier indispensable lors de l’analyse du compte de résultat, il indique la santé opérationnelle de la structure.

L’excédent brut d’exploitation précise également la qualité de l’entreprise en matière de trésorerie dont la base est uniquement portée sur son activité d’exploitation. À cet effet, n’est pas considéré dans l’EBE, les amortissements, les coûts des investissements au cours de l’année d’exploitation et les provisions qui correspondent à la trésorerie mise de côté afin de payer les éventuelles charges à venir.

L’EBE est nécessaire dans la confrontation entre le chiffre d’affaires HT dégagé et l’ensemble des frais réellement affectés pour l’activité d’exploitation de l’entreprise. En comptabilité, cette action va donner la possibilité à l’entreprise d’identifier d’une part le chiffre d’affaires taxes non comprises et les charges réelles consommées pour obtenir ledit chiffre d’affaires.

L’excédent brut d’exploitation est généralement déterminé pendant un exercice donné et est calculé au moment de la clôture de l’exercice.

De quelle manière calculer un EBE ?

L’excédent brut d’exploitation ou EBE peut être calculé de différentes façons, soit par l’entremise :

  • Des comptes de charges et produits
  • De la valeur ajoutée
  • Des résultats d’exploitation encaissés et décaissés

Calcul de l’EBE : à partir de la balance comptable

En utilisant cette méthode, l’EBE se calcule par la simple addition et dans l’ordre de l’ensemble des soldes des comptes 70 à 74 et des comptes 60 à 64, sans tenir compte des subventions d’exploitation.

Excédent brut d’exploitation = Somme des comptes 70 à 74 – Somme des comptes 60 à 64

Calcul de l’EBE : à partir de la valeur ajoutée

Le calcul de l’excédent brut d’exploitation et qui a pour base de calcul la valeur ajoutée, peut se faire par l’addition de ladite valeur aux subventions d’exploitations. Le solde obtenu est ensuite retranché par les taxes, les impôts ainsi que les charges du personnel.

EBE (Excédent brut d’exploitation) = Valeur ajoutée + solde des Subventions d’exploitation (compte 74) - solde Impôts et taxes (compte 63) - Charges personnelles (compte 64)

La valeur ajoutée comprend :

Vente de marchandises (+) Production vendue

(+) Production stockée

(+) Production immobilisée

(-) Achats de marchandises

(-) Variation stocks marchandises

(-) Achats de matières premières

(-) Variation de stocks de MP

(-) Autres achats et charges externes

Calcul de l’EBE : à partir du chiffre d’affaires

L’excédent brut d’exploitation est constitué par le flux des charges décaissées et produits encaissés. Ce flux de trésorerie n’est pas pris en compte avec les charges et produits cumulés au calcul des reprises et dotations sur amortissement, mais aussi pour les provisions.

EBE = chiffre d’affaires hors taxes (comptes 70) – Achats de matières premières et marchandises (comptes 60) – Consommations des services provenant des tiers (comptes 61 et comptes 62) + Subvention d’exploitation (comptes 74) – Charges du personnel (comptes 64) – Impôts et taxes (comptes 63)

Pourquoi déterminer l’excédent brut d’exploitation ?

L’intérêt du calcul de l’EBE réside notamment à identifier la capacité de l’entreprise à produire des ressources de financement durant le cycle d’exploitation, cela sans considérer les modalités d’amortissements de l’entreprise, ni les charges et les produits exceptionnels, ni la politique de financement.

L’EBE est un indicateur de performance économique qui permet de juger la rentabilité des activités d’exploitation de l’entreprise.

Toutefois, il faut faire attention à ne pas interpréter ce surplus réalisé en termes de cycle d’exploitation comme un facteur à l’augmentation des ressources de la trésorerie. Un décalage est en permanence présent lors de la comptabilisation des charges et des produits, et au moment des encaissements et décaissements réels.

En sus, il faut savoir que l’excèdent de l’EBE intervient plus dans le règlement d’autres dettes de l’entreprise telles que les intérêts d’emprunts et assimilés.

L’excédent brut négatif ou Insuffisance Brute d’Exploitation (IBE)

L’IBE pour Insuffisance Brute d’Exploitation correspond à un excédent brut négatif.

L’IBE signifie pour l’entreprise que le chiffre d’affaires réel encaissé ne parvient pas à compenser l’ensemble des charges dégagées pour le constituer, notamment :

  • Les charges du personnel (salaires et traitements, charges sociales) sont excessivement importantes
  • La quantité de ventes qui est insuffisante pour financer les charges de structures ou fixes (frais administratifs, loyer, abonnement, etc.)
  • La valeur ajoutée créée qui est relativement faible

En autres, une insuffisance brute d’exploitation est interprétée par la non rentabilité de l’activité opérationnelle.

Les conclusions à tirer sur l’analyse de l’EBE

Indépendamment de son système de financement et amortissement, et également des produits et charges exceptionnelles de l’entreprise, l’excédent brut d’exploitation exprime la performance commerciale et industrielle de la structure.

Un indicateur économique utilisé pour la maitrise des coûts courants de l’entreprise.
À ce titre, l’EBE intervient dans le calcul des différents ratios indispensable à la vérification de la bonne santé d’une entreprise dont :

Le rapport des frais financiers à l’EBE = Charges financières/EBE

Le taux de rentabilité brute = Excédent brut d’exploitation/Capitaux investis

Le taux de probabilité = Excédent brut d’exploitation/CA hors taxes, pour CA égale au chiffre d’affaires

Le free cash-flow = Excédent brut d’exploitation – impôts sur les résultats d’exploitation ± variation du BFR – totale des investissements + désinvestissements

BFR pour besoin en fonds de roulement

Philippe

Entrepreneur dans l'âme, Philippe accompagne depuis 20 ans les entreprises dans leur développement.