Catégories Entrepreneuriat

Le portage salarial, un tremplin pour faire décoller son business !


Tremplin Salarial.jpg

En 2019, 386 326 micro-entrepreneurs et 210 505 entrepreneurs individuels se sont lancés dans la création de leur propre business. Cela représente 25 % de plus qu’en 2018 ! C’est dire l’engouement des Français pour le statut de travailleurs indépendants. Pourtant, beaucoup de ces nouveaux entrepreneurs naviguent à vue. Une grande majorité ne dispose que d’une vague notion concernant les exigences juridiques et administratives du régime entrepreneurial. Avec ses avantages tant sur le plan administratif que fiscal, le portage salarial peut faire la différence pour ces entrepreneurs qui débutent. Pourquoi est-ce mieux aujourd’hui d’être un salarié porté pour démarrer son business ? Comment choisir la société de portage salariale ? Explications.

Pourquoi le portage salarial est-il intéressant pour les entrepreneurs qui débutent ?

Il faut dire que la manière dont une activité démarre conditionne la viabilité du concept. D’ailleurs, une étude de l’INSEE sur le taux de survie des entreprises créées durant la dernière décennie montre que seules 23 % des microentreprises et 35 % des entreprises individuelles sont encore présentes 5 ans après leur création. Ce taux demeure relativement bas en comparaison des 60 % des entreprises classiques (SA, SARL, etc.).

Trois grands moments rythment la vie d’une entreprise : sa création, son développement et sa diversification. Avant d’atteindre sa phase d’expansion, chaque entreprise est passée par la case départ. Entre autres, c’est à ce moment-là qu’il faut choisir le statut juridique sous lequel l’affaire sera lancée. Parmi les options, il y a le choix de devenir micro-entrepreneur ou encore entrepreneur individuel. Mais tout travailleur indépendant peut aussi se tourner vers le portage salarial pour commencer son activité. Il s’agit d’un régime entrepreneurial à mi-chemin entre le statut de salarié d’entreprise et celui d’auto-entrepreneur.

salarié porté

Être travailleur indépendant et salarié en même temps

Pour comprendre la subtilité du concept, il faut d’abord considérer le travailleur indépendant comme un salarié. Cela implique qu’il reçoit sa rémunération d’une seule entreprise. Les deux parties sont liées par un contrat de travail de type CDD ou CDI, et un deuxième contrat lie le client au salarié. D’autre part, le salarié porté conserve sa liberté de travailleur indépendant. C’est-à-dire que rien ne change concernant la manière dont il mène son activité. Entre autres, il s’occupe de la prospection et de l’exécution de la prestation dans le cadre de son projet.

Il demeure libre de choisir ses clients et le type de travail qu’il accepte. Aussi, à l’instar de tout autre entre entrepreneur, la promotion de son activité repose sur ses épaules. De même, les dépenses pour les fournitures et les frais de déplacement pour la prestation qu’il propose, mais il est dégagé des tâches administratives.

Une gestion administrative simplifiée

Entre les efforts pour développer son activité et la gestion administrative obligatoire, l’entrepreneur novice se perd facilement. Le portage salarial permet au travailleur indépendant de s’affranchir de la majorité de ces tâches administratives. C’est l’entreprise de portage salarial qui s’occupe de toute la tenue de compte. Elle prend en charge la facturation aux clients et les éventuelles relances. De même, les déclarations de revenus et la gestion de tout l’aspect fiscal figurent parmi ses obligations.

Aussi, le statut de salarié porté favorise la création d’entreprise dans la mesure où aucune démarche administrative n’est requise. Le contrat de travail signé représente en tout et pour tout le seul document nécessaire. C’est un gain de temps évident et surtout beaucoup moins de stress pour tous ceux qui désirent démarrer une activité.

Cette facilité de mise en oeuvre représente peut-être l’un des avantages qui séduisent le plus les nouveaux travailleurs indépendants. Les dernières statistiques du syndicat des Professionnels en Entreprises de Portage Salarial ou PEPS montrent que plus de 50 % des salariés portés en France ont entre 45 et 65 ans. 66 % d’entre eux exercent déjà une activité principale. Ils déclarent choisir le portage salarial, car cela leur permet de mener en parallèle une activité d’indépendant sans trop de difficultés.

La sécurité du salariat

En France, ils étaient 90 000 à se lancer dans le portage salarial en 2019. Selon les chiffres du PEPS, 63 % d’entre eux optent pour ce régime d’entrepreneuriat pour garder le statut de salarié.

Dans la pratique, cela se traduit notamment par le maintien des avantages sociaux. Effectivement, l’entreprise de portage salarial s’acquitte de la part patronale dans le cadre de ses obligations sociétales. Le salarié porté bénéficie donc pleinement de la Sécurité sociale. Son statut de salarié lui permet de recevoir une couverture santé complète. De même, il a droit à la prévoyance sociale notamment les allocations chômage et la retraite.

L’autre avantage c’est que le travailleur indépendant dispose d’une assurance RCP (Responsabilité civile professionnelle) grâce au régime de portage salarial. Aux yeux des grandes entreprises, cela constitue un gage de confiance supplémentaire. En effet, en 2019, 66 % des grandes entreprises préféraient traiter avec un indépendant en portage salarial plutôt qu’un auto-entrepreneur ou freelance.

Comment choisir sa société de portage salarial ?

On dénombrait environ 700 sociétés de portage salarial en France en 2019. Pour un travailleur indépendant, plusieurs critères conditionnent le choix d’une entreprise de portage salarial.

Une société disposant d’une garantie financière solide

Les entreprises de portage salariales sont tenues par la loi en vigueur de posséder une garantie financière. Cependant, le montant de cette garantie varie beaucoup selon la taille de la société et l’investissement.

Avant de vous engager, renseignez-vous sur la solidité de la garantie financière, car votre rémunération en dépend. En effet, les impayés font partie du quotidien des travailleurs en freelance et des entrepreneurs individuels. Or dans le cadre d’un contrat de salarié porté, c’est la société qui gère ces impayés. Le travailleur, lui, touche son salaire quoiqu’il arrive : une société disposant d’une garantie financière solide représente l’assurance d’une rémunération sécurisée pour le salarié porté.

Une société appartenant à un syndicat

L’appartenance à un syndicat reflète le degré d’engagement de la société de portage salarial. On compte aujourd’hui cinq grandes branches syndicales qui défendent l’intérêt des travailleurs évoluant en tant que salariés portés : le PEPS, l’UNEPS, le FEPS, le FéNPS et le SNEPS. Pour un indépendant, cela représente une garantie supplémentaire sur la pérennité de son statut. L’appartenance à un syndicat, c’est aussi l’assurance de trouver les interlocuteurs dédiés en cas de litige.

Un accompagnement de qualité

Privilégiez les sociétés de portage qui proposent un accompagnement de qualité à leurs salariés. Vous pouvez notamment comparer l’accès aux formations. Certaines entreprises mettent même à la disposition de leurs salariés un service de conseil. D’autres encore proposent un portefeuille de partenaires et de clients potentiels afin d’attirer les travailleurs indépendants.