Métiers et formations

Comment intégrer le secteur du bien-être sans formation longue ?

Par Manuel , le 14 décembre 2021 - 14 minutes de lecture
Les métiers de bien-être

Si dans certains domaines professionnels, les diplômes de haut niveau représentent un critère fondamental pour l’exercice d’un métier en particulier, il n’en est rien pour les métiers dans le secteur du bien-être. Les recruteurs dans le bien-être recherchent avant tout, la passion pour le métier et des savoir-faire techniques. Pour les demandeurs d’emploi, les perspectives que peut offrir le domaine du bien-être sont nombreuses, notamment en termes de salaire et de carrière. Et cela en contrepartie d’une formation professionnalisante qui excède rarement les deux ans.

Vous souhaitez faire votre incursion dans l’univers du bien-être et vous désirez suivre une formation spécifique pour atteindre votre objectif ? Découvrez ici les métiers du bien-être les plus pratiqués avec les informations portant sur les diplômes requis pour vous orienter au mieux vers l’un d’entre eux.

Les métiers relatifs au bien-être extérieur

La sensation de bien-être est plus qu’un état d’esprit, c’est pratiquement un art de vivre. Cette satisfaction de soi et de bien se sentir dans son corps se rapporte notamment à la notion de beauté, d’esthétique et de confort. Les métiers qui interviennent pour permettre à une personne de se sentir belle et bien dans sa peau de l’extérieur sont les conseillers en image, les coachs beauté, les esthéticiennes, les prothésistes ongulaires, etc.

Le métier de coach beauté

La mission d’un coach beauté consiste à accompagner des femmes, mais aussi des hommes dans l’élaboration d’une image plus adaptée à leurs qualités. Concrètement, un coach beauté prodigue à ses clients des conseils sur comment se mettre en valeur pour faire ressortir leurs apparences sous leurs meilleurs jours. Ses missions vont des conseils de mode aux techniques de maquillage pour que ses clients trouvent le style qui sied à leur personnalité et à leur morphologie jusqu’au suivi de leur mise en application.

Un conseiller en beauté doit être doué dans le domaine de la mode, des parfums et cosmétique et du maquillage. En effet, les seuls prérequis demandés pour exercer une activité de coach beauté sont des compétences et des techniques en termes de maquillages, avoir le sens de la mode et être rempli de passion pour les produits cosmétiques. C’est un métier qui exige assez en termes de curiosité pour apporter plus de conseils aux clients et pour s’épanouir de façon plus complète dans l’activité. Un coach beauté doit aussi avoir des qualités de communications et relationnelles puisqu’il se voit toujours en contact avec les tiers.

Aucun diplôme reconnu par l’État n’est requis pour exercer le métier de coach beauté. Par ailleurs, disposer d’un CAP en Esthétique cosmétique parfumerie ou d’un BTS sur les métiers de l’esthétique, cosmétique, parfumerie serait un avantage.

Le salaire que perçoit un conseiller en beauté dépend notamment du type de prestation qu’il fournit à ses clients dans le cas d’une activité à son compte et selon l’entreprise dans laquelle il travaille. Généralement, un coach beauté facture une séance autour des 150 à 300 euros.

Le métier de conseiller en image

Le métier de conseiller ou consultant en image fonctionne de la même manière qu’un coach beauté. Bien que les deux métiers abordent des similarités dans les conseils apportés aux clients en termes de beauté (coiffure, maquillage, look vestimentaire), le conseiller en image conseille ses clients dans un cadre spécifique.

Pour conseiller ses clients sur leur image, le professionnel doit être un adroit psychologue et répondre aux attentes de ces derniers sans qu’ils soient froissés ou vexés au moyen de ses recommandations. Généralement, ce sont les hommes politiques ou les célébrités qui travaillent leurs images et qui font appellent à un professionnel du domaine : le conseiller en image. Les conseils du professionnel peuvent néanmoins bénéficier aux particuliers les plus simples aux vues d’un entretien professionnel par exemple.

Aucune formation encadrée par l’État n’est requise pour devenir un conseiller en image, mais il existe des formations délivrées par des écoles privées. Pour prouver sa maîtrise du métier, le conseiller en image peut avoir un diplôme en coiffure ou en esthétique et un sens aigu de la mode. Une expérience professionnelle dans le domaine est également recommandée et bien entendu la maîtrise d’une langue vivante étrangère qui est un atout apprécié.

La rémunération d’un conseiller en image correspond à sa notoriété et à ses expériences. Un conseiller débutant est payé selon le SMIC, ce qui peut augmenter suivant le développement de sa carrière professionnelle.

Le métier d’esthéticienne

Une spécialiste dans le secteur du bien-être esthétique, l’esthéticienne assure avant tout le bien-être de ses clients au travers de ses services personnalisés ou au cas par cas. Une profession à forte perspective, une esthéticienne a la possibilité d’exercer ses compétences :

  • À domicile, en se déplaçant auprès de ses clients ;
  • Dans un centre de spa ou un institut de beauté, par conséquent sa présence dans son lieu d’exercice est obligatoire

Une esthéticienne intervient auprès de ses usagers en tant que conseillère en plus de vendre des produits, à l’instar de ses prestations comme les soins du visage, le gommage, l’épilation, le pédicure et la manucure.

Pour devenir esthéticienne, il est nécessaire d’avoir des compétences techniques dans le domaine à la suite d’une formation professionnalisante. Il existe notamment deux formations prérequis, à savoir :

  • Le CAP ou Certificat d’Aptitude Professionnelle esthétique
  • Le BP ou Brevet Professionnel cosmétique

Les métiers relatifs au bien-être corporel

Un lieu de bien-être et de détente, les spas sont des centres proposant un panel de choix relatif à des services de relaxation, de soins et de détente, et qui pourtant sont accessibles aux praticiens de bien-être avec un minimum de formation. En raison de la pleine expansion des centres de balnéothérapie et des spas, voici les métiers qui recrutent.

L’hôtesse d’accueil en spa

Le métier d’hôtesse d’accueil en spa consiste à accueillir et proposer aux clients les différents programmes et produits disponibles auprès de l’établissement de bien-être. L’hôtesse d’accueil peut également prendre en charge l’espace de vente du spa.

Au titre des services à caractère professionnel proposé aux clients, le métier d’hôtesse d’accueil en spa ne peut être exercé qu’en entreprise. De ce fait, c’est une profession où l’empathie, le sens le commercial et le relationnel doivent être en rendez-vous. L’hôtesse d’accueil en spa doit également maîtriser tous les services proposés ainsi que le tarif individuel de chaque produit puisqu’elle assure un rôle de vente.

Le métier d’hôtesse d’accueil en spa ne nécessite pas de formation spécialisée. Il existe néanmoins des formations généralistes reconnues par l’État pour devenir hôtesse d’accueil. Il s’agit d’un Bac professionnel dans le métier d’accueil et des formations en école hôtelière.

En réalité pour ses débuts, une hôtesse d’accueil en spa gagne l’équivalence du SMIC, ce qui augmente par la suite en raison de son ancienneté.

La profession de spa praticien

Après le passage des clients à l’accueil, c’est le spa praticien qui les prennent en charge. Dans le cadre de sa profession, le spa praticien veille à la réalisation des demandes des clients (soins, modelages, hammam, sauna, etc.). C’est également la personne en charge en amont de la préparation de la salle ainsi que de l’ambiance. En un mot, il participe à la relaxation et au bien-être des clients.

Le praticien doit seulement disposer d’un BTS Esthétique et cosmétique ou d’un Bac pro pour obtenir un Certificat de Qualification Professionnel de spa praticien.

Lorsqu’il débute, un spa praticien gagne dans les 1400 euros. Avec plus d’expérimentations, le salaire peut monter à 1800 euros. Il peut même espérer une évolution de carrière avec les années et devenir un spa manager pour un salaire moyen de 3000 euros.

Les masseurs bien-être

Un métier qui n’est pas à confondre avec le masseur-kinésithérapeute, le masseur bien-être pratique des massages sur les parties du corps afin de réduire le stress, mais notamment les tensions musculaires de ses clients.

Pour être un masseur bien-être, il faut être une personne à l’écoute, empathique et sensible aux attentes de ses clients. Il faut également avoir des compétences se rapportant aux techniques de massage. Le métier de masseur bien-être n’a pas de diplôme réellement reconnu par l’État. Le praticien peut toutefois suivre des formations sur les techniques de massage. Les deux fédérations qui permettent ces formations en France sont la Fédération Française des Massages Traditionnels de Relaxation et la Fédération Française du Massage Bien-Etre.

Généralement, le masseur bien-être facture une séance de massage à ses clients entre 40 et 90 euros.

Le diététicien

Un expert du bien-être nutritionnel, le diététicien apporte des solutions pour le traitement des troubles de l’alimentation et du métabolisme digestif. Le métier de diététicien est bien différent de celui de nutritionniste, un médecin professionnel accompagnant ses clients à assimiler une meilleure hygiène alimentaire.

Le diététicien doit au moins avoir un BAC+2, et choisir l’option diététique pour obtenir un BTS diététique ou un DUT génie biologique option diététique.

Un diététicien gagne en moyenne 1600 euros pendant ses débuts.

L’hydrothérapeute

L’hydrothérapeute est un professionnel du bien-être travaillant dans des instituts spécialisés dans le bien-être ou dans les centres de thalassothérapie. Son rôle consiste à accompagner ses clients dans la réalisation des soins prescrits par un médecin pour le traitement des pathologies aux moyens de la température d’eau (eau douce ou source thermale) et de techniques de massage. Selon la prescription du médecin de son client, l’hydrothérapeute peut également appliquer des programmes de remise en forme ou d’amincissement. Il a également des compétences dans le traitement des problèmes de douleurs articulaires, de circulations sanguines, de maux de tête, de constipation ou de digestion.

L’hydrothérapeute doit surtout avoir une expérience professionnelle solide pour l’exercice de son métier. Il suffit qu’il ait un diplôme d’aide-soignant ou un certificat esthétique cosmétique parfumerie. L’université de Bordeaux dispose également aux désireux une formation spécialisée en alternance.

La rémunération moyenne mensuelle d’un hydrothérapeute est de 2000 euros bruts.

Les métiers relatifs au bien-être spirituel

Le bien-être spirituel concerne surtout l’équilibre entre la santé de l’esprit et la santé du corps d’une personne. Les métiers exercés par les professionnels dans ce domaine sont appelés de la médecine alternative ou la médecine douce.

Le métier de naturopathe

Au moyen de conseils et de soins naturels, le naturopathe guide ses clients pour adopter une meilleure hygiène de vie. Le naturopathe intervient notamment dans l’apport de techniques de bien-être à ses clients à l’issue d’une consultation. Après l’analyse du bilan de vie de ses clients, il prodigue des conseils relatifs à la thérapie naturelle, des exercices physiques spécifiques ou un régime particulier.

Le professionnel doit de ce fait être adroit dans tous les domaines nécessaires à la pratique de son métier.

Il n’existe pas de diplôme encadré par l’État pour être naturopathe. Certaines écoles privées permettent néanmoins des formations dans le domaine. La condition est que l’école doit faire l’objet d’un agrément par la fédération française de naturopathie.

En fonction de sa notoriété, mais aussi des régions, la rémunération par séance d’un naturopathe varie entre 50 et 200 euros.

Le sophrologue

Le rôle du sophrologue est de veiller à l’application des méthodes de détente à l’aide de la respiration ou de la méditation (imagination) dirigée afin de permettre aux clients de comprendre et de gérer leurs émotions. Le sophrologue aide ses patients à trouver la source de leurs préoccupations afin d’être plus sereins. Il travaille sur la gestion du stress, sur les problèmes de concentration, du trouble de sommeil ou alimentaire.
Les sophrologues peuvent pratiquer leurs métiers à leurs comptes ou pour celui d’un tiers, un institut.

Il suffit que le praticien détienne un certificat professionnel de sophrologie, délivré par certains établissements pour exercer. Il existe douze établissements que la fédération des écoles professionnelles en sophrologie reconnaît. Cette profession reste tout du moins non règlementée en France. De plus, les autres formations professionnalisantes ne permettent pas de l’obtention de certification.

Le salaire d’un sophrologue reste variable. À son compte, il reçoit environ 40 euros pour une séance.

Le métier de réflexologue

La mission d’un réflexologue consiste à stimuler une ou certaines zones réflexes du corps grâce à l’application de pressions ou bien de légers massages afin de soulager les douleurs ressenties au quotidien par les clients. Il peut s’agir de migraines, de maux de ventre ou encore de douleurs dans le dos.

Les zones sur lesquelles sont appliquées les techniques de la réflexologie sont les pieds, les mains et le visage.

Aucun diplôme réel n’est également reconnu de par l’État, mais il existe des certifications équivalentes qui permettent au praticien d’exercer son activité. Il s’agit des formations sur les techniques de réflexologie où le praticien demande à avoir une spécialisation : soit pour réflexologie faciale, palmaire ou plantaire. Les formations sont délivrées par les établissements enregistrés au Répertoire National des Certifications Professionnelles.

Les tarifs qu’un réflexologue applique pour ses prestations peuvent varier, mais ils vont généralement à l’heure et sont facturées entre 40 et 80 euros.

Devenir un professeur de yoga

Les personnes qui enseignent le yoga sont normalement celles qui le pratiquent.

Le yoga est une pratique alliant discipline sportive et bien-être dont le corps et l’esprit afin de permettre aux yogis (les pratiquants), d’améliorer à la fois leur santé mentale et physique.

En plus de la réalisation des postures de yoga, le professeur enseigne cet art de vivre en étant attentif à ses élèves tout en transmettant la philosophie derrière la discipline.

Devenir professeur de yoga est possible à l’issue de trois années de pratique de la discipline. Aucun diplôme n’est encadré par l’État, mais nombreuses sont les écoles qui prodiguent des formations.

Le salaire d’un professeur de yoga débutant est à hauteur de 1500 euros par mois.

Manuel

Manuel a lancé sa première entreprise à l'âge de 17 ans, aujourd'hui il est à la tête de 3 sociétés.