Métiers et formations

Soudeur : missions et salaire

Par Philippe , le 21 juillet 2021 — 7 minutes de lecture
Devenir soudeur professionnel

Les entreprises recrutent un agent soudeur, un chef soudeur, un ingénieur ou un technicien pour effectuer l’assemblage de pièces métalliques.

Le métier de soudeur est un travail manuel nécessitant des connaissances techniques spécifiques (soudure TIG, etc.). Le choix des formations pour vos qualifications influera sur vos salaires et vos débouchés. Devenir technicien soudeur professionnel nécessite alors le suivi d’une formation certifiante ou diplômante même si votre but n’est pas d’être ingénieur. Vous obtiendrez ainsi les compétences requises pour exercer. Vous postulerez ensuite aux offres d’emplois. Le choix d’un poste de soudeur pour un employeur ou sur une spécialisation influencera votre salaire.

Le métier de soudeur

Devenir un soudeur professionnel nécessite une aptitude à travailler en toutes situations. En effet, un agent soudeur peut exercer dans différents secteurs de l’industrie. Le domaine de l’automobile, du transport, de la construction, de l’aéronautique et naval peuvent tous solliciter vos compétences. Il est donc possible de travailler sur la terre ferme comme en pleine mer. Les plateformes de forage pétrolifères sont des exemples de poste de soudeur au milieu des océans.

Votre activité principale consiste dans l’assemblage de pièces métalliques diverses et en être responsable. C’est à dire que l’apport technique à appliquer pour chaque opération devient votre responsabilité. Un cahier de charge sert à dresser la ligne de conduite à suivre. Il définit en détail les montages à effectuer, les protocoles de sécurité à respecter, et le contrôle de vérification après la soudure. Il est donc important de respecter rigoureusement le cahier de charge.

Pour pratiquer votre métier de soudeur, vous avez diverses techniques à votre disposition. Il existe environ 70 méthodes de soudages connus jusqu’à présent. Mais la base de toute soudure commence avec ces 3 éléments :

  • Vous devez posséder une source de chaleur suffisante. Un arc, une flamme, une pression ou une friction produisent la température nécessaire pour faire fondre le métal.
  • Vous utiliserez une protection pour une soudure. Un gaz ou une autre substance peut être suffisant. La présence de l’oxygène peut en effet fragiliser votre ouvrage.
  • Le dernier élément est le métal d’apport. Il s’agit du matériau permettant l’assemblage des deux pièces.

Parmi les techniques de soudage exploitables, les plus courants sont :

  • Le soudage à l’arc électrique avec électrode enrobée ou procédé SMAW.
  • Le soudage à l’arc électrique sous gaz avec électrode de tungstène ou TIG (Tungsten Inert Gas).
  • Le soudage à l’arc électrique avec fil électrode fourrée ou procédé FCAW.
  • Le soudage à l’arc électrique sous gaz avec fil-électrode plein ou procédés GMAW, MIG (Metal Inert Gas) et MAG (Metal Active Gas).
  • Le soudage Ce procédé inclut également le coupage et le gougeage plasma.
  • Le soudage à l’arc électrique sous flux en poudre ou procédé SAW.
  • Le soudage par points.
  • Le soudage au chalumeau utilisant le gaz oxyacétilène ou oxypropane.
  • Le soudage par friction.

Le brasage est également une des méthodes utilisées dans les soudures. La technique implique l’utilisation d’un métal d’apport ayant un point de fusion supérieur à 450 °C. Cette température doit toutefois être en dessous du point de fusion des métaux de base.

Pour un brasage tendre, vous utiliserez un métal avec un point de fusion inférieur à 450 °C. Le plus connu avec cette méthode est l’alliage du plomb-étain. Le choix des techniques dépend de l’ouvrage à effectuer.

Pour rendre votre soudure efficace, la préparation des matériaux à assembler devient nécessaire. Vous effectuerez un dégraissage et un décapage complet des pièces. La phase suivante concerne le soudage. Vous devrez prévoir la chaleur, la vitesse, la distance entre votre outil et les éléments à souder avant d’effectuer la soudure. Vous estimerez une prévision de la durée de l’opération.

Une fois la soudure effectuée, vous polissez et nettoierez votre ouvrage. Vos missions incluent également l’entretien et la vérification.

Le salaire

La définition du salaire d’un technicien soudeur dépend de différents facteurs. L’employeur, la région, la spécialisation, l’expérience et la qualification sont des indices pour l’établissement d’une rémunération. Vous observerez les chiffres dans les offres d’emploi.

En évaluant et en comparant les offres d’emploi, vous serez en mesure d’avoir une estimation du salaire. Dans le secteur, un débutant gagnera en moyenne 1 600 euros brut par mois. Votre salaire peut aller de 2 000 euros à 3 000 euros brut par mois avec l’expérience. Avec les primes et les indemnités, vos revenus augmenteront encore selon votre position en tant que chef ou ingénieur.

Les entreprises exigeantes dans les normes de sécurités proposent des salaires proportionnels aux risques du métier. Par exemple, la rémunération d’un professionnel dans un central nucléaire peut aller de 2 500 euros à 4 000 euros brut par mois. Le travail sur une plateforme pétrolière peut offrir un salaire allant jusqu’à 10 000 euros bruts par mois, indemnités de risques incluses.

Formation

Vous devrez avoir un diplôme de niveau Bac ou d’un CAP pour pouvoir devenir un professionnel.

  • Niveau CAP et BEP :
    • CAP métiers de la fonderie.
    • CAP réalisation en chaudronnerie industrielle.
    • CAP outillage en moules métalliques.
    • CAP serrurier métallier.
  • Niveau Bac :
    • Bac pro technicien en chaudronnerie industrielle.
    • Bac pro technicien en réalisation de produits mécaniques ou TRPM.
  • Niveau Bac+1 :
    • Après votre CAP, vous pouvez effectuer une MC ou mention complémentaire — technicien en soudage.
  • Niveau BTS :
    • BTS conception et réalisation en chaudronnerie industrielle ou CRCI.
    • BTS fonderie.
  • Niveau Licence :
    • Licence professionnelle métiers de l’industrie : métallurgie, mise en forme des matériaux et soudage.

La présence de ces certificats et de ces diplômes signifie la validation de vos études et vos compétences pour intégrer le métier de soudeur. Vous augmenterez vos chances avec les offres d’emploi en étant hautement qualifié.

Les avantages et les inconvénients

Vous aimez les métiers manuels. En devenant un agent soudeur, vous effectuerez un travail manuel. L’exercice de cette fonction nécessite de la minutie et de la précision. Les ouvrages varient d’un chantier à un autre. Les conditions changent également. Votre travail peut continuer incessamment. Le secteur est un porteur d’offres d’emplois. En moyenne, 3 000 postes sont à pourvoir chaque année.

Toutefois, cette activité présente des risques. La soudure implique la fonte des métaux. Vous serez donc à proximité d’une forte source de chaleur (plus de 300 °C), de rayonnement, et de particules métalliques en fusion. Vous pouvez être victime de coupures, d’électrocutions ou de brûlures.

Les rayons ultraviolets sont dangereux pour vos yeux. Les vapeurs métalliques lors de la fonte peuvent entrainer des problèmes respiratoires. Pour minimiser les risques, le port d’équipement de protection individuel est obligatoire. Vous vous équiperez de gants, de masque et de combinaison.

Conclusion

Devenir soudeur professionnel nécessite le suivi d’une formation certifiante ou diplômante. Vous obtiendrez ainsi les compétences requises pour exercer. Vous postulerez ensuite aux offres d’emplois. Le choix d’un poste, d’un employeur ou d’une spécialisation influera sur vos revenus. Nous vous recommanderons de bien évaluer les choix disponibles.

Philippe

Entrepreneur dans l'âme, Philippe accompagne depuis 20 ans les entreprises dans leur développement.