Catégories Services aux entreprises

La technologie numérique relève-t-elle du 6ème sens ou de la 4ème dimension ?


La Technologie Numérique Relève T Elle Du 6ème Sens Ou De La 4ème Dimension ?

La perception naturelle

Quand une voiture passe devant nous, nous la voyons (forme, couleur, taille), nous l’entendons (moteur, friction, musique, klaxon), nous la sentons ou la goûtons (gaz d’échappement), et elle nous affecte (courant d’air). Chacun de ces sentiments nous fournit des informations et provoque en nous une réaction ou une émotion d’admiration, de jalousie, de dégoût, de peur, de désir, d’indifférence, de surprise etc. à des degrés divers. En fin de compte, ces impacts naturels sur nos cinq sens créent notre perception des objets qui nous entourent. Notre monde physique fournit donc un grand niveau d’information, dont nous ne percevons qu’une infime partie. Chaque objet pourrait être perçu plus en détail ou plus en profondeur en rehaussant nos cinq sens ou dans d’autres dimensions.

Du naturel au numérique

Imaginez que le véhicule dans notre exemple émet toutes les informations sur lui-même ou sur ce qu’il transporte. C’est un parfait exemple de l’ère numérique. Il s’agit de la transcription des éléments composant notre monde réel en données. La plupart de ces données ne sont pas encore directement perceptibles mais le deviendront grâce aux innovations technologiques. Et toutes ces données corrigeront notre vision du monde et nous permettront de travailler différemment selon trois axes d’évolution.

  • La Numérisation : Une fois converti en données, un objet peut être représenté sous différentes formes. Cette représentation peut être transmise à l’autre bout du monde. Il est même possible de créer une reconstitution physique de l’élément réel à partir des données envoyées, par exemple sous la forme d’une image 2D ou d’une impression 3D qui devient alors une forme de transmission à distance.
  • L’amélioration des connaissances : En restant avec notre exemple de la voiture, au moment où elle passe, nous connaîtrons (en plus des perceptions naturelles) sa vitesse, son poids, sa référence de couleur, son prix, son niveau d’équipement, son niveau de carburant et beaucoup plus. Cette information n’est pas nouvelle, mais nous la percevons d’une manière nouvelle. C’est l’élargissement de la portée ou l’augmentation de la précision de l’information sur le monde réel qui modifie l’acuité de nos cinq sens par rapport à notre perception naturelle.
  • La situation relative : C’est la perception et la compréhension de l’interdépendance entre l’objet lui-même, les éléments environnants et les transformations qu’ils génèrent. Dans notre exemple, nous connaissons donc le conducteur du véhicule, ses passagers, les liens possibles entre ces personnes, la situation financière ou d’assurance du véhicule, son lieu de départ, sa destination, la durée du voyage, l’historique de l’entretien et des pannes, le fait qu’il viole ou non la loi et beaucoup plus. La technologie numérique génère une capacité supplémentaire de produire de l’information à partir d’éléments ou d’événements réels. C’est une sorte de persistance informationnelle d’éléments réels. L’information existe dans le monde réel, mais elle n’est ni perçue ni liée. La technologie numérique donne à cette information une existence perceptible et utilisable et offre la possibilité, une fois capturée, de connecter et de recouper cette information afin de créer une autre signification qui est également perceptible et peut être utilisée pour nous permettre d’agir en conséquence.

Infiniment numérique et très certainement transformatrice

Le volume des connaissances ainsi accessibles dans les années à venir va encore évoluer au cours des prochaines décennies sous l’influence de développements technologiques qui ne font que commencer mais qui sont prometteurs. L’impact de la disponibilité de cette vaste mer de connaissances sur nos usages influencera notre vie.

  • Les nanotechnologies rendront accessible l’infiniment petit et décupleront le niveau de détail perceptible des connaissances.
  • La science des données permettra d’établir des corrélations, actuellement invisibles, entre des informations complexes grâce à l’identification progressive des liens qui les unissent,
  • L’évolution de l’informatique vers l’informatique quantique et la photonique, va renforcer les capacités des machines, tant en termes de modes de traitement des données qu’en termes de puissance de calcul, donnant ainsi accès à l’information en temps réel.

En fin de compte, la technologie numérique n’est-elle pas ce fameux sixième sens dont l’homme rêve depuis des siècles ? Qui plus est, un sixième sens est-il évolutif et ne semble-t-il pas avoir de limites ? Ou bien la technologie numérique est-elle une nouvelle dimension (et pourquoi pas la quatrième), qui nous permettra de voir le monde comme nous ne l’avons jamais vu auparavant et qui contribuera à développer nos capacités et notre mode de vie ? Ignorant le débat sémantique qui risque de durer encore longtemps, une chose est certaine : la transformation numérique est une réalité et très perturbatrice.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire