Métiers et formations

Devenir AES (Accompagnant Éducatif et Social) : quelle formation suivre ?

Par Marc , le 22 juin 2021 — 9 minutes de lecture
woman in black and white long sleeve dress standing in front of mirror

Trouver la formation adéquate ou une spécialité aboutissant à un métier peut être éprouvant, surtout dans le secteur où la santé ou la vie sociale d’une personne sont en jeu. Pour accéder à la formation idéale qui délivre des diplômes d’État d’accompagnant, voici nos conseils si vous souhaitez devenir un accompagnant éducatif et social.

AES par définition

C’est un métier dans le secteur médico-social. Un accompagnant éducatif et social aide les personnes à mobilité réduite ou ayant de difficulté mentale à effectuer les activités de la vie quotidienne. L’AES intervient pour différentes catégories de patients : enfants, adolescents, adultes et personnes âgées. Il s’agit d’un travail social qu’un auxiliaire de santé exerce auprès d’une personne en situation de handicap.

Cet accompagnement a deux faces. À domicile comme à l’école, il consiste à aider une personne dans sa vie sociale et citoyenne ainsi qu’aux activités du quotidien. Un AES intervient également dans le développement d’une vie sociale ouverte pour les personnes ayant eu des problèmes sociaux. Grâce à un soutien psychologique, sa spécialité est utile à une réinsertion au sein de la société après une incarcération.

S’il travaille en tant que fonctionnaire, un AES est dans la catégorie C de la filière médico-sociale. Il n’y a aucune limite d’âge pour exercer ce métier.

Quelle formation faut-il suivre pour être un AES ?

Devenir AES nécessite l’obtention du Diplôme d’État d’Accompagnant éducatif et Social ou un DE AES. Il s’agit d’une certification de niveau V correspondant au CAP et BEP. La formation aboutissant au métier d’un AES est accessible via un concours ne nécessitant aucun diplôme. Certains établissements exigent cependant que les candidats aient au moins 18 ans. Cet examen comporte deux épreuves : une session écrite d’admissibilité et une épreuve orale.

La formation d’accompagnant éducatif et social dure entre un et deux ans, selon l’institution. Une partie est dédiée à la théorie, d’une durée de 525 heures, et l’autre partie comporte un stage pratique de 840 heures, sanctionnées d’un DEAES ou diplôme d’état d’accompagnant éducatif et social.

Il est à noter que depuis 2016, le DEAES nait de la fusion entre le diplôme d’État d’auxiliaire de vie sociale ou DEAVS et le diplôme d’État d’aide médico-psychologique.

La formation dispose de quatre objectifs principaux :

  • Se positionner comme professionnel dans le champ de l’action sociale
  • Aider l’accompagné dans le quotidien et dans la proximité
  • Coopérer avec les autres cadres concernés
  • Participer à l’animation de la vie sociale et citoyenne de la personne

Durant le cursus, il apprend à maîtriser l’une de ces 3 spécialités : l’accompagnement de vie à domicile, l’accompagnement de la vie en structure collective et l’accompagnement à l’éducation inclusive à la vie ordinaire.

Quel débouché pour les AES ?

Depuis que le diplôme donnant accès au métier d’AES est devenu un diplôme d’état ou DEAES, les accompagnants éducatif et social ont plusieurs secteurs dans lesquels ils peuvent exercer. Il s’agit d’une spécialité en pleine expansion, surtout pour l’accompagnement de vie à domicile. Cet accompagnant exerce dans plusieurs domaines et agit en fonction de sa spécialité.

L’accompagnant de vie à domicile

Un accompagnant de vie à domicile travaille auprès d’une personne âgée ou en situation de handicap ou encore auprès de leur famille. L’AES exerce chez la personne en question ou dans les services d’accompagnement médico-social.

L’accompagnant de la vie en structure collective

Un accompagnant de vie en structure collective participe à la relation sociale et à la qualité de vie de la personne accompagnée au nom d’un projet institutionnel. L’auxiliaire de vie sociale travaille surtout dans des établissements médico-sociaux tels que l’Établissement d’hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes ou EHPAD, un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale ou CHRS ainsi que les Maisons d’Accueil Spécialisées ou MAS.

L’accompagnant à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire

L’AES spécialisé dans ce domaine intervient pour un projet personnalisé afin de développer et de participer à l’autonomie des enfants, des adolescents et des jeunes adultes en situation de handicap. Il met en place des activités d’apprentissage, culturelles, sportives, artistiques et de loisir.

L’auxiliaire à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire travaille surtout auprès de la petite enfance ainsi que dans les établissements de formation et d’enseignement. Le DEAES permet aux accompagnateurs éducatif et social de postuler auprès de différents employeurs ou des établissements sanitaires et sociaux.

Polyvalents, les AES pratiquent leurs métiers dans différents endroits. Dans la majorité des cas, un auxiliaire de vie exerce au sein des associations d’aide à domicile et les centres communaux d’actions sociales ou CCAS. Les entreprises privées d’aide à la personne font également appel à leurs services.

Les options de carrière à long terme

Pour diversifier ses compétences et avoir un maximum de flexibilité dans son métier, le professionnel peut avoir un diplôme des deux autres spécialités. Cette compétence nécessite une formation continue. Le travail social étant en pleine expansion en Europe, la perspective de faire carrière en tant que AES est une option très intéressante.

L’accompagnant éducatif et social peut faire des études en tant qu’aide-soignant ou infirmier en passant par des concours et exercer ces métiers après l’obtention d’un diplôme d’État d’auxiliaire de puériculture. Une autre possibilité comme devenir un technicien de l’intervention social et familial est également à sa portée.

Il est très facile de trouver de l’emploi en tant qu’accompagnant éducatif et social, mais l’accès au fonctionnariat nécessite des renseignements auprès des portails d’offres d’emploi de la fonction publique. Il existe cependant, des plateformes en ligne ou des emplois généralisés accessibles aux titulaires du DEAES. Vous pouvez vous inscrire sur Pôle emploi et accéder à de nombreuses propositions.

Les missions d’un AES

Le rôle de l’AES dépend du secteur où il exerce son métier. Les directives peuvent être complètement différentes selon sa spécialité, ses compétences et sa flexibilité. Sa principale mission est d’élaborer des projets de vie selon la personne qu’il prend en charge. Cette dernière bénéficie d’un accompagnement adéquat selon ses besoins, ses attentes et sa situation de handicap et médicale.

Un accompagnant éducatif et social joue un rôle important au sein d’une équipe de soin à domicile ou dans une institution spécialisée. Sa spécialité en accompagnement de vie lui permet de transmettre ses observations de la personne accompagnée au corps médical qui la prend en charge. Ainsi, il contribue à l’évolution de la personne en situation de handicap de manière cohérente et continue.

Son métier consiste à faciliter l’insertion de la personne accompagnée dans la vie sociale et citoyenne. En tant qu’accompagnant éducatif et social, il veille à éviter l’exclusion du patient au sein de la société. À domicile, il joue un rôle majeur dans le soutien psychologique et social de la personne. S’il exerce son métier dans un milieu scolaire, il doit faire en sorte que l’enfant ait une scolarité adaptée à sa situation de handicap, à ses capacités psychiques et physiques.

La rémunération des AES

La grille salariale varie en fonction de son secteur d’activité. Sa rémunération dans le secteur privé diffère de son gain dans le domaine du service public. Fonctionnaire, salarié ou indépendant, exercer le métier d’accompagnant éducatif et social vous fait bénéficier du SMIC en début de carrière. Cette situation peut évoluer selon votre expérience et réputation jusqu’à la fin de votre carrière.

La rémunération est généralement plus élevée dans le secteur privé, mais le gain dépend de la convention collective à laquelle l’accompagnant est rattaché. S’il exerce dans la filière médico-sociale, un AES perçoit aux alentours de 2 000 € brut, les primes et les indemnités comprises.

Les qualités à avoir

Le travail dans le domaine social étant difficile à réaliser, être auxiliaire de vie sociale nécessite plusieurs qualités et critères. Cette spécialité combine plusieurs secteurs à la fois : les soins infirmiers, l’aide psychologique et le soutien dans les relations sociales.

Pour être un accompagnant éducatif et social, une personne doit faire preuve d’un grand sens de la responsabilité. Sa capacité d’adaptation lui permet de faire face à toutes les imprévues de son métier et de trouver la solution. Il doit pouvoir gérer des situations de souffrances extrêmes et avoir un mental d’acier. Témoigner de la délicatesse, de l’empathie et de la patience envers les personnes en situation de handicap est nécessaire pour qu’il y ait une relation de confiance et de compréhension entre les deux parties.

Un auxiliaire de vie sociale doit avoir de bonnes conditions physiques. Car son métier pourrait l’amener à mobiliser une personne handicapée ou encore effectuer des travaux ménagers. Il est conseillé d’avoir des notions en nutrition et en hygiène. Un sens de la discrétion s’ajoute à ces qualités parce que l’AES peut se trouver dans des conditions délicates quant à la vie privée des soignés.

Puisqu’il travaille avec de nombreuses personnes, il doit savoir tisser des liens et être sociable à tout moment. Qu’il s’agisse des aides-soignants, des animateurs, des psychologues ou d’autres intervenants du secteur, la relation sociale reste la base.

Marc

Marc est un nomade digital qui vit de la monétisation de ses sites internet, notamment via l'affiliation et le dropshipping. Il vient régulièrement proposer des contenus toujours aussi pertinents aux lecteurs de 7-Dragons.