Catégories Entrepreneuriat

Qui sont les freelances en 2020 ?


 

Excellente alternative à la création d’entreprise classique, le freelancing séduit un nombre croissant d’actifs chaque année. En France, la population de freelances a enregistré une progression de plus de 140 % de 2008 à 2018 et, hormis cet engouement, des changements relativement notables ont été décelés au niveau des profils de ces types de travailleurs. Selon une étude, les freelances sont de plus en plus jeunes et mieux formés, mais moins expérimentés en 2020.

Les hommes plus intéressés par le freelancing que les femmes

Comme chaque année, les hommes sont plus nombreux que les femmes sur le marché du travail indépendant. Toutefois, il faut savoir que le pourcentage de freelances masculins a légèrement augmenté en 2020. S’il était estimé à 52 % en 2019, il est passé à 53 % cette année, contre 47 % pour la gent féminine.

Des freelances de plus en plus jeunes

Pour cette année, près d’un freelance sur deux est âgé de 25 à 35 ans. Selon l’étude, 49 % des travailleurs indépendants sont inscrits dans cette tranche d’âge, ce qui représente une progression de l’ordre de 5 % par rapport à l’année dernière (44 % en 2019).

Après le groupe des 25 à 35 ans, ce sont les freelances de 18 à 25 ans qui occupent la seconde place. Néanmoins, leur nombre a connu une légère baisse par rapport à 2019. En effet, si le pourcentage des travailleurs indépendants de 18 à 25 ans était de 24 % l’année dernière, il est estimé à 20 % en 2020, soit un recul de 4 %.

Tout comme les travailleurs indépendants de 18 à 25 ans, ceux de 35 à 45 ans constituent 20 % de la population française des freelances en 2020. Leur nombre a enregistré une progression de 1 % par rapport à celui de 2019.

Concernant les freelances de 45 à 55 ans, ils constituent 8 % de la population des travailleurs indépendants en France, soit une baisse de 2 % (10 % en 2019).

Pour finir, les plus de 55 ans représentent 3 % des freelances en 2020, un pourcentage qui est resté stable pendant environ 3 ans.

Des freelances moins expérimentés

En 2019, les freelances qui possèdent entre 3 et 5 ans d’expérience dans leur domaine d’activité représentaient 31 % de la population française des travailleurs indépendants. Cette année, les freelances bénéficiant de 1 à 3 années d’expérience dominent le marché avec 27 %, contre 25 % pour les travailleurs indépendants ayant entre 3 et 5 ans d’expérience.

Cette tendance s’explique par l’engouement des jeunes diplômés pour le freelancing. Nombreux sont ceux qui souhaitent commencer leur carrière professionnelle en devenant freelances et profiter des nombreux avantages offerts par ce statut : plus grande liberté dans le choix des missions, dans celui des horaires de travail, etc.

Pour information, les travailleurs indépendants qui ont une expérience de 5 à 10 ans arrivent en troisième position avec un pourcentage de 23 %, suivis des freelances bénéficiant de moins d’un an d’expérience (19 %) et de ceux possédant plus de 10 ans d’expérience (6 %).

Le nombre de freelances titulaires d’un bac+5 progresse

S’ils sont de plus en plus jeunes à se lancer dans l’univers du travail indépendant, les freelances sont également de mieux en mieux formés.

L’année dernière, les titulaires d’un bac+5 représentaient 37 % de la population des travailleurs indépendants. En 2020, ce pourcentage est passé à 45 % et devrait progresser davantage dans les années à venir si la tendance se poursuit.

À noter que la part des freelances titulaires d’un diplôme inférieur à bac+5 est restée plus ou moins stable cette année : Licence (26 %), DEUG, BTS, DUT (17 %), Bac (9 %), CAP, BEP (1 %) et Doctorat (1 %).

Le statut de micro-entrepreneur : le choix des freelances

Depuis quelques années, les freelances se tournent davantage vers le statut de micro-entrepreneur, anciennement connu sous l’appellation auto-entrepreneur, et cette tendance se confirme en 2020. 76 % des travailleurs indépendants ont opté pour ce régime, soit un point de plus que l’année dernière.

L’engouement pour le statut de micro-entrepreneur s’explique entre autres par la simplification des démarches de la création de ce type d’entreprise et par l’augmentation des plafonds de chiffre d’affaires.

À titre d’information, 10 % des freelances ont opté pour la création d’entreprise individuelle, 8 % ont choisi de monter une société adoptant un statut juridique de type SAS (Société par actions simplifiées) ou SASU (Société par actions simplifiées unipersonnelle).

D’autre part, à l’instar du statut de micro-entrepreneur, le portage salarial a enregistré une hausse de 1 point cette année. Il est passé à 6 % en 2020, contre 5 % l’année dernière.

Le télétravail progresse

Bien que 70 % des freelances déclarent être flexibles concernant le lieu de réalisation de leurs missions, nombreux d’entre eux préfèrent exercer leur activité chez eux.

Par rapport à 2019, le télétravail a enregistré une progression de 2 points. Environ 68 % des travailleurs indépendants ont opté pour le travail à distance, contre 66 % en 2019 et 65 % en 2018.

Rédacteur, développeur web et graphiste : les métiers les plus prisés des freelances

D’après l’étude réalisée sur le travail indépendant, le métier de rédacteur est toujours le plus prisé des freelances en 2020. Il est suivi par le métier de graphiste et de développeur web.

Si les trois premières places du classement des métiers les plus exercés par les freelances n’ont subi aucun changement, il faut savoir que les traducteurs ont gagné une place par rapport à 2019, et les illustrateurs ainsi que les développeurs front end ont fait leur entrée dans le top cette année.

Les freelances s’intéressent aux clients des secteurs créatifs

La possibilité de choisir ses clients compte parmi les principaux avantages offerts par le statut de freelance. En 2020, les travailleurs indépendants privilégient les entreprises intervenant dans le secteur des arts et de la culture. Les professionnels intervenant dans ce secteur occupent la première place du classement des clients les plus prisés des travailleurs indépendants, suivis de ceux intervenant dans la communication visuelle (2ème position) et des entreprises spécialisées dans le web (3ème position).

À la quatrième position, le secteur de l’informatique a gagné une place et renvoie les médias à la cinquième position.

Il est à noter que cette étude a été réalisée à partir des profils des travailleurs indépendants présents sur 404Works. Cette plateforme rassemble près de 50 000 freelances.

Infographie de 404Works

infographie-profil-freelance