Services aux entreprises

Comment analyser un bilan comptable ?

Par Philippe , le 9 juillet 2021 — 10 minutes de lecture
analyse de la comptabilité d'entreprise

Pour garantir son bon développement, une entreprise doit se pencher sur un certain nombre d’éléments, parmi lesquels nous pouvons citer les ratios financiers et l’analyse de la performance. Afin d’identifier ces deux paramètres, vous devez savoir ce qu’est un bilan comptable et également en quoi consiste un compte de résultat.

Dans cet article, nous vous délivrons toutes les informations relatives à ce document financier et à son analyse.

Bilan comptable : quelle est la définition ?

Un bilan comptable comprend l’état financier d’une entreprise. Également dénommé « état de synthèse » de l’entreprise, ce document financier répertorie le patrimoine de cette dernière à l’instant « T » de l’exercice comptable (soit à la date de clôture soit à la date de l’arrêté intermédiaire).

Le patrimoine est à la fois :

  • Ce que l’entreprise possède ou les actifs : comprenant les immobilisations, la trésorerie, les stocks, les créances clients, etc.
  • Ce que l’entreprise doit ou les passifs : comprenant les dettes financières et fournisseurs, les capitaux propres, les dettes sociales et fiscales. Le passif d’une entreprise est principalement constitué par des ressources appartenant aux tiers mis à disposition de cette dernière, et dont elle a l’obligation de restituer.

Les détails d’un bilan comptable

Les deux principaux composants du bilan comptable sont notamment : l’actif du bilan et le passif du bilan.

Les actifs du bilan : emplois temporaires et permanents

L’actif du bilan de l’entreprise a vocation à contenir « les emplois » des ressources possédées par la société, que cela soit pour une utilisation temporaire ou permanente, ainsi que toutes les ressources consommées au titre de son activité.

Partie intégrante du bilan comptable et se trouvant dans sa partie gauche, l’actif du bilan comprend :

  • Les actifs immobilisés en haut
  • Les actifs circulants, en dessous
  • Les comptes de régularisation

Voici un exemple de la partie Actif du bilan

Exemple d'actif de bilan comptable

Actif immobilisé : emplois permanents

Ce poste de l’actif du bilan correspond aux biens appartenant à l’entreprise destinés à un emploi à long terme ou durable dans le cadre de l’activité de la société. Également dénommés actif non courant, ces éléments stables sont principalement :

  • Les immobilisations incorporelles (logiciels, site internet, brevets, marques, fonds de commerce, etc.…)
  • Les immobilisations corporelles (véhicules, immeubles, matériels et équipements informatiques…),
  • Les immobilisations financières (les titres immobilisés dont les actions, titres de participation, cautions, etc.).

Sont alignés à chaque « immobilisation » dans le bilan :

  • Le coût d’acquisition de l’actif immobilisé ou la valeur brute de l’immobilisation
  • Le montant des dotations aux amortissements
  • La valeur initiale de l’immobilisation déduite de l’ensemble des dotations aux amortissements et provisions qui correspond à la valeur actuelle comptable

Actif circulant : emplois temporaires

L’actif circulant du bilan correspond aux éléments du patrimoine de l’entreprise qui en raison de leur nature ou de leur destination ont vocation à ne pas rester durables dans la structure (période de détention en dessous de 12 mois).

Contrairement à l’actif immobilisé, ce poste de l’actif du bilan à court terme est destiné à être transformé en liquidité puisqu’il intervient dans le cycle d’exploitation de l’entreprise dont notamment :

  • Les stocks (marchandises, matières premières, produits en cours ou produits intermédiaires ou résiduels ou finis)
  • Les créances de l’exploitation de l’entreprise qui comprennent les sommes dues par la structure appartenant aux différents débiteurs (clients, personnel, État…)
  • Les titres et valeurs de placements acquis par l’entreprise afin de réaliser ou de créer de la valeur (disponibilité dans la trésorerie et auprès de la banque)

Comptes de régularisation à l’actif et au passif

Les comptes de régularisation constituent les comptes auxquels sont rattachés les charges ou les produits d’un autre exercice comptable, dont l’entreprise ne profite ni des produits ni en supportes les charges, au cours de l’année d’exercice en cours. C’est-à-dire, comptablement, l’appréciation du bien se fait au cours de sa période de consommation et non lors de l’encaissement ou de la date de facturation afin de ne pas fausser les résultats.

Les montants incorporés dans ces deux postes sont essentiellement des données comptables. Les montants proviennent des produits ou charges manquantes relative à l’année d’exercice ou tout simplement pour venir équilibrer les éléments qui appartiennent à un autre exercice.

Les passifs du bilan : ressources temporaires et permanentes

Le passif du bilan d’entreprise est constitué par les différentes ressources à dispositions dans la structure. Les ressources dans ce poste du bilan peuvent être de façon permanente, temporaire, mais également nouvellement créées par l’entreprise à la suite de son cycle d’exploitation (les profits réalisés).

Sont disponibles dans le passif du bilan comptable :

  • Les capitaux propres de l’entreprise en haut
  • Les différentes provisions pour risques et charges ainsi que les dettes, en dessous
  • Et en dernier, les comptes de régularisation

Voici un exemple de la partie Passif du bilan

Exemple de passif de bilan comptable1

Capitaux propres : ressources permanentes

Les capitaux propres contenus dans le bilan comptable sont notamment formés par l’ensemble :

  • Des apports en capital social de l’entreprise ou encore des apports au patrimoine de l’exploitant s’il s’agit d’une entreprise individuelle
  • De différentes réserves financières accumulées (les bénéfices ne faisant pas l’objet d’une distribution aux associés de l’entreprise), dont les réserves légales et statutaires, les primes d’émission versées et le report à nouveau
  • Et également du résultat de l’exercice à la clôture

Autrement, les capitaux propres d’une entreprise correspondent au patrimoine de cette dernière sans tenir compte des dettes.

Provisions pour risques et charges

Comptablement, ce poste est destiné à supporter les éventuels risques et charges résultant d’évènements survenus ou en cours.

Les risques présentent deux conditions qui sont :

  • Exister à la date de fin de l’exercice comptable
  • Être les conséquences d’évènements antérieurs donnant naissance à un engagement par rapport aux tiers

Cette provision est égale à la valeur supportée par l’entreprise dans le cas où le risque se réaliserait.

Dettes : ressources temporaires

La partie la plus basse du bilan comptable correspond aux dettes de l’entreprise dont :

  • Les dettes fournisseurs
  • Les dettes financières
  • Les dettes fiscales
  • Les dettes sociales

Parmi le regroupement de l’ensemble de ces dettes citées ci-dessus, l’entreprise distingue :

  • Les dettes à moyen et long terme pour lesquelles la durée est supérieure à 12 mois. Ces dettes correspondent particulièrement aux capitaux propres qui ont vocation à constituer les capitaux de l’entreprise ainsi que les comptes courants d’associés.
  • Les dettes à courte échéance pour laquelle la durée est inférieure à 12 mois et qui regroupent les ressources financières temporaires.

L’analyse du bilan comptable

Comme nous l’avons cité plus haut, le bilan comptable permet aux décideurs d’une entreprise de déterminer non seulement la puissance financière de la structure, mais également sa performance au cours d’un exercice donné.

Un bilan comptable doit aussi vérifier l’équilibre financier au sein de l’entreprise (passif = actif) et notamment va permettre de tirer des analyses et calculer les multiples ratios financiers.

La notion d’équilibre financier

L’équilibre financier constitue un principe fondamental du bilan comptable et peut être justifié par le biais d’un bilan fonctionnel. Le fonctionnement d’un bilan fonctionnel est relativement simple, chacun des emplois trouvés dans le bilan fonctionnel (dans la partie gauche) s’aligne à un mode de financement qui lui est propre et adapté (positionné sur la même ligne à droite du tableau). En d’autres termes, les capitaux à fonction permanent ou ressources financières à long terme doivent financer des actifs immobilisés et inversement.

Cette règle est valable pour l’ensemble des autres postes du bilan fonctionnel au passif et à l’actif.

La TN ou Trésorerie nette

La trésorerie nette correspond à une variable ou un paramètre d’ajustement résultant de l’insuffisance ou de l’excédent sur le BFR (besoin en fonds de roulement).

La trésorerie nette peut se calculer par la déduction du fonds de roulement par le besoin en fonds de roulement.

TN = Fonds de roulement – Besoin en fonds de roulement

Le FR ou fonds de roulement

À l’instar des besoins en fonds de roulement et des ratios financiers, le fonds de roulement constitue également un indicateur financier crucial sur lequel l’entreprise peut s’appuyer.

Le fonds de roulement se traduit par la soustraction des ressources durables de l’entreprise par les actifs immobilisés correspondants.

Le fonds de roulement constitue une trésorerie dont l’entreprise bénéficie soit par l’intermédiaire des associés qui le met à sa disposition soit par elle-même où elle créée des profits dans l’exercice de son activité. Il représente un financement important du besoin en fonds de roulement et des investissements.

  • Un fonds de roulement (FR) négatif peut signifier pour l’entreprise qu’elle ne peut pas s’autofinancer puisque les ressources durables à dispositions ne parviennent pas à financer la totalité de l’actif immobilisé : ce qui implique un problème de trésorerie.
  • Toutefois, un fonds de roulement (FR) positif ne signifie pas forcément un bon résultat pour l’entreprise. En effet, ce cas peut soulever une moins-value sur les investissements qui impactent l’activité.

Le BFR ou besoin en fonds de roulement

Le BFR correspond au décalage existant entre l’actif circulant (les encaissements) et le passif circulant (les décaissements).

  • Un besoin en fonds de roulement (BFR) positif annonce que le cycle d’exploitation a une incapacité à se financer lui-même. En ce sens, l’entreprise doit avoir recours à une autre ressource afin de financer ce manque (fonds de roulement ou découverts bancaire).
  • Un besoin en fonds de roulement (BFR) négatif implique que l’entreprise profite des ressources dégagées par son cycle d’exploitation

Les ratios financiers

Plusieurs données du bilan ont vocation à être exploitées afin de calculer les indicateurs ou ratios financiers. À noter le calcul :

  • Du ratio d’actif (intensité capitalistique) : actifs immobilisés bruts/somme de l’actif brut
  • Du ratio d’usure : immobilisations corporelles nettes/immobilisations corporelles brutes
  • Du ratio de croissance externe par le rapport entre les immobilisations financières et la somme des immobilisations
  • Du taux de solvabilité dont les capitaux propres/dettes financières ou le total du bilan
  • Du taux d’endettement par le rapport entre les dettes financières et les capitaux propres
  • De la durée moyenne de créances des clients (exprimé en nombre de jours) : [(créances clients – acomptes encaissées) * 360]/chiffre d’affaires toutes taxes comprises
  • De la durée moyenne du crédit des fournisseurs (exprimé en nombre de jours) : [(dettes fournisseurs – acomptes payées) * 360]/achats toutes taxes comprises
  • De la capacité d’endettement qui se traduit par la différence entre les capitaux propres et les créances financières

Philippe

Entrepreneur dans l'âme, Philippe accompagne depuis 20 ans les entreprises dans leur développement.